Hommage aux peupliers du parc des Gorilles

Alors que les travaux de réhabilitation doivent débuter cette année, une dizaine de peupliers fera l’objet d’un abattage sous peu dans le futur parc des Gorilles.

« Il y a eu des dommages assez grands qui ont été faits au système racinaire », explique Marie Choquette, agente technique en horticulture et arboriculture à la Division des parcs et des installations de la Direction des travaux publics de l’Arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie.

Les dommages ont été causés lors des travaux d’excavation réalisés il y a bientôt 10 ans par l’ancien propriétaire du terrain, le groupe Olymbec. Rappelons qu’en guise de décontamination du terrain, Olymbec avait abattu plusieurs dizaines d’arbres matures et transformé la portion sud de l’ancienne friche ferroviaire en terrain vague.

« Il n’y a eu aucune précaution au départ qui a été prise, puis là on se retrouve avec des arbres qui sont dépérissant. La plupart sont dépérissant, je dirais, à 70 % », estime Marie Choquette.

Les signes de dépérissement sont de plus en plus apparents depuis quelques années, alors que les branches meurent les unes après les autres. Les arbres représentent donc un « danger potentiel », selon les avis d’experts obtenus par la Ville de Montréal.

« C’est tout le coeur de l’arbre qui est en train de pourrir », avance Marie Choquette.

Au delà des dommages apparents, ce sont des dommages invisibles qui menacent l’intégrité des peupliers qui représentent un risque aux yeux des experts consultés par la Ville.

« C’est triste, mais il va y avoir tout un aménagement [qui va venir dans les prochaines années], en espérant que ça va compenser pour la perte de ses beaux arbres-là », soupire Marie Choquette. « Il faut les remercier d’avoir été là, mais maintenant il faut faire place aux petits jeunes! »

Les AmiEs du parc des Gorilles souhaitent rendre hommage aux vaillants peupliers qui ont mené le bal du repeuplement écologique de ce terrain contaminé par un siècle d’activité ferroviaire et industrielle.

Si possible, certains troncs seront préservés pour en faire des oeuvres d’art communautaire. À suivre!

A farewell to the dear old poplars of Gorilla park

You trees stand forever it seems
Outside where I can’t live
Your only sign of weakness
You drop your leaves in the cold 

You trees bend yourselves backwards
Just enough under pressure
Yet you don’t fall
How I envy your balancing act

You trees stay in one place
All day long
And don’t wax for another spot
How come you’re homecoming so soon


You trees might teach me
A thing or two
Like how to reach upward
So gracefully and never stop asking 

You trees only trees
But you’re still alive
In that frozen tundra
Where I long ago could not be

You trees see
I’m so fragile
I hide inside
Always looking where I am

You trees listen
Do you hear me
We’re sharing a bit
And you’ll be here past me

You Trees Listen, 2003, poem by Robert Chafetz (1956-2022)

Un pas de plus vers la (re)naissance du parc des Gorilles!

Après avoir annoncé, « avec beaucoup d’enthousiasme, mais aussi de prudence », la reprise de la démarche de participation citoyenne le 19 novembre, la Ville de Montréal lance une dernière activités de participation citoyenne devant mener à l’aménagement du parc des Gorilles.

Cette activité, vise à présenter le concept d’aménagement préliminaire élaboré à la suite de l’atelier de co-conception du 19 février dernier et à sonder le public sur les différents éléments qui y sont proposés.

Pour participer à cette dernier étape de consultation avant la présentation du concept final d’aménagement, remplissez le sondage en ligne. (Quelques copies papier du sondage seront aussi disponibles dans la boite aux lettres des Gorilles au 6572 Waverly, au besoin.)

Pour tout savoir sur le processus qui doit mener à la création du parc, rendez-vous sur la plateforme Réalisons Montréal.

Ça bouge au parc des Gorilles cet été!

L’appel à projets lancé au début de l’été a porté fruit. Des aménagements temporaires commencent à prendre forme sur le site du futur parc des Gorilles.

Un plancher de danse extérieur, baptisé l’espace communautaire « R1 », est maintenant officiellement ouvert! Vous pouvez même venir assister en tant que jury aux compétitions de danse qui s’y tiendront les vendredi soir.

Pour demander à utiliser l’espace, adressez vous au nouveau comité de programmation, formé pour coordonner l’animation des installations temporaires : programmation@parcdesgorilles.net.

Un comité se charge également de travailler sur les aménagements temporaires qui pourraient se faire pour embellir et animer l’espace dans les prochains mois. Vous pouvez soumettre vos idées en écrivant à l’adresse amenagement@parcdesgorilles.net.

Pour être au courant de tous les développements concernant le projet du parc des Gorilles, abonnez-vous à l’infolettre et consultez la page d’information de la Ville sur le site Réalisons MTL.

Vers un aménagement temporaire et transitoire au parc des Gorilles en 2020!

Les AmiEs du parc des Gorilles ont obtenu l’autorisation des autorités municipales pour que la communauté puisse s’approprier le site du futur parc des Gorilles par des aménagements temporaires et transitoires, et ce, dès l’été 2020!

Nous lançons donc un appel à projets pour des projets de verdissement, d’embellissement, d’animation et d’occupation du terrain pour les mois à venir. Une piste de danse? Une pergola? Un jardin suspendu? Tout est possible, sous réserve de certaines restrictions et contraintes (voir plus bas).

L’arrondissement de Rosemont – La Petite-Patrie et la Ville de Montréal pourraient mettre à notre (votre) disposition certains éléments d’aménagement, mais la responsabilité de réaliser et de maintenir les aménagements temporaires reviendra aux personnes qui les prennent en charge, via des comités de travail des AmiEs du parc des Gorilles.

Appel à projet

Si vous avez des idées de projets, ou encore du temps ou des ressources que vous aimeriez mettre à contribution dans un effort d’aménagement temporaire, écrivez-nous à info@parcdesgorilles.net d’ici le 21 juin. À partir des propositions soumises, le conseil d’administration tâchera d’élaborer un plan pour la réalisation des projets et de coordonner la formation de comités de travail chargés mettre en place les aménagements proposés.

Dans votre proposition, pensez à inclure :

  • Une idée de l’emplacement approximatif de votre projet d’aménagement sur la carte du site (voir ci-dessous).102877531_1409938669203457_8072224157240036319_o
  • Une description des matériaux dont vous disposez (ou de ce dont vous auriez besoin) pour réaliser l’aménagement en question.
  • Un mot sur les usages proposés pour votre installation et sur le public visé.
  • Merci de préciser également, si vous disposez d’un véhicule de transport qui pourrait servir pour collecter des matériaux et si vous avez du temps pour contribuer à d’autres projets d’aménagement.

Limites et contraintes

Les aménagements (et les usages qui en seront faits) devront favoriser le respect des directives de sanitaires en lien avec la pandémie de covid-19 (distanciation physique, mesures d’hygiène et étiquette respiratoire, etc.).

Aucune plantation en sol ne sera possible et aucun module de jeux pour enfants pourra être autorisé. (Des bacs de plantation hors sol et des espaces de jeux libres seront toutefois permis.)

Retour sur l’AGA 2019-2020

Une vingtaine de membres des AmiEs du parc des Gorilles ont participé à l’Assemblée générale annuelle 2019-2020 le 29 janvier.

Tenue au siège social des AmiEs au 6572 Waverly, l’Assemblée a été l’occasion de faire le point sur les nombreuses activités menées en 2018-2019 et et les importantes avancées dans le dossier du parc. (Voir le rapport 2020 pour tous les détails.)

Le parc commencera à prendre forme en 2021, mais une première activité de co-création est déjà prévue dans quelques semaines. Les inscriptions sont dores et déjà ouvertes pour l’atelier qui aura lieu le 19 février dans le cadre des démarches participatives réalisées par la Ville de Montréal, en collaboration avec Les AmiEs du Parc des Gorilles en vue de l’aménagement du futur parc.

Les membres ont renouvelé le mandat des 5 membres du conseil d’administration en place. Une nouvelle membre, Virginie Gauvin, se joint à l’équipe du CA pour continuer de faire avancer le projet. Bienvenue à elle!

Pour plus de détails ou si vous souhaitez également devenir membre des AmiEs du parc des gorilles, n’hésitez pas à communiquer avec nous : info@parcdesgorilles.net.

Le parc des Gorilles : un cas d’école!

Après avoir été étudié dans un atelier sur l’urbanisme ouvert la semaine dernière, le projet du parc des Gorilles fait l’objet de présentations cette semaine dans le cadre d’un cour au Cégep du Vieux Montréal.

La présentation, offerte dans le cadre du cours Défense des droits individuels et collectifs de la technique en travail social, revient sur la mobilisation menée avec succès par les AmiEs du parc des Gorilles depuis 2013.

L’atelier de la semaine dernière s’inscrivait quant à lui dans la programmation de Le Monde Festival. Animé par Silvano De la Llata du laboratoire urbain du Département de géographie, urbanisme et environnement de l’Université Concordia, l’atelier participatif visait à dégager de propositions d’aménagement pour le futur parc qui ne sont pas sans rappeler les grandes lignes de celles élaborées par les AmiEs du parc des Gorilles en 2015. Une équipe du laboratoire qui poursuit l’étude de cas a également élaboré un questionnaire pour sonder les usagers du parc sur leurs besoins en matière de mobilité.

Le parc des Gorilles est l’objet d’intérêt dans la monde académique depuis plusieurs années. Il a notamment fait l’objet d’une étude de cas dans le cadre d’un cours à l’école d’architecture de paysage de l’Université de Montréal, dont certains résultats avaient été présentés lors d’une table-ronde organisée par Mémoire du Mile End en 2017.

Vers un parc des Gorilles (enfin!)

C’est maintenant officiel. La Ville de Montréal et l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie lancent la démarche de participation citoyenne liée à l’aménagement du futur parc.

Une première rencontre d’information organisée concert avec Les AmiEs du Parc des Gorilles se tiendra le jeudi 13 juin de 12 h à 20 h au 6666, rue Saint-Urbain, Montréal.

Pour plus de détails, consultez le site de la Ville ici ou rendez-vous sur la plateforme Réalisons Montréal.

Les Gorilles font le point et présentent leurs demandes

Les membres de AmiEs du parc des Gorilles ont profité de leur première assemblée annuelle pour présenter des demandes.

En plus de déposer le bilan des actions menées depuis la formation officielle des AmiEs du parc des Gorilles en organisme à but non lucratif et de procéder à l’élection d’un nouveau conseil d’administration, les membres des AmiEs du parc des Gorilles ont adopté une importante résolution qui donne le ton aux actions à venir dans les prochains mois et les prochaines années.

Le conseil d'administration élu le 25 janvier 2018 est composé (de gauche à droite) de : Simon Van Vliet, journaliste indépendant, Patricia Lucas, retraitée, Mikaël Saint-Pierre, urbaniste, designer et représentant de la SODER, Frances Foster, artiste visuelle, Trevor Goring, artiste visuel, Pascaline Walter, architecte paysagiste et consultante en aménagement, et Francis Martel-Labrecque, architecte partenaire à l'Abri.
Le conseil d’administration élu le 25 janvier 2018 est composé (de gauche à droite) de : Simon Van Vliet, journaliste indépendant, Patricia Lucas, retraitée, Mikaël Saint-Pierre, urbaniste, designer et représentant de la SODER, Frances Foster, artiste visuelle, Trevor Goring, artiste visuel, Pascaline Walter, architecte paysagiste et consultante en aménagement, et Francis Martel Labrecque, architecte partenaire à l’Abri.

Voici le texte de la résolution :

Considérant l’intention, affichée dès le début des années 1990 par la Ville de Montréal, de convertir l’ancienne emprise ferroviaire du CP située entre les rues Saint-Urbain, Beaubien, Waverly et Saint-Zotique en parc linéaire;
Considérant les revendications et les propositions formulées par le groupe de travail Marconi-Alexandra concernant l’amélioration du cadre urbain dans le secteur lors des consultations sur l’élaboration du plan d’urbanisme de 1992;
Considérant les conclusions de la révision du plan d’urbanisme en 2004 concernant la persistance de problèmes, notamment en ce qui concerne la cohabitation entre les composantes résidentielles, commerciales et industrielles de cet ancien secteur ouvrier et manufacturier;
Considérant les nombreuses recommandations issues de rapports, d’études, d’analyses et de mémoires réalisés depuis l’annonce du projet de création d’un nouveau campus de l’Université de Montréal sur le site de l’ancienne gare de triage Outremont en 2007, notamment dans le cadre de consultations publiques menées par l’OCPM entre 2011 et 2013;

L’Assemblée générale des Amies du parc des Gorilles :

1) demande à la Ville de Montréal de réaffirmer publiquement son engagement de procéder à l’acquisition du terrain, de l’aménager suivant la vision mise de l’avant par les AmiEs du parc des Gorilles et d’en céder la gestion aux AmiEs du parc des Gorilles par le biais d’une entente de cogestion ou de tout autre mécanisme contractuel de délégation à l’organisme des responsabilités de maintien et d’animation du site et des installations du futur parc;
2) demande à cet effet qu’une rencontre entre les responsables politiques et fonctionnaires impliqués dans le dossier au niveau de l’arrondissement et de la Ville et des porte-paroles des AmiEs du parc des Gorilles soit tenue dans les meilleurs délais afin de faire le point sur l’avancement et sur les prochaines étapes du projet;
3) recommande à la Ville de Montréal et à l’arrondissement de profiter de la création prochaine d’un nouvel espace public au cœur d’un quartier en pleine transformation pour lancer, par exemple sous forme de programme particulier d’urbanisme, une démarche de planification concertée du développement urbain dans le secteur afin de répondre le plus adéquatement possible aux besoins et aux aspirations exprimés par les personnes qui y habite ou y travaille et de favoriser le maintien dans les lieux de la population, particulièrement celle qui y réside ou s’y emploie de longue date;
4) demande que la Ville de Montréal intègre dans une éventuelle réfection de la rue Beaubien Ouest un projet de réaménagement sécuritaire de l’intersection Beaubien/Saint-Urbain inspiré de celui proposé lors du Parking Day 2017 et qu’elle mette en place dès maintenant un aménagement temporaire et transitoire de l’intersection en vue d’y sécuriser les déplacements en transports actifs.

Redessiner l’intersection Saint-Urbain/Beaubien

Les AmiEs du parc des Gorilles, la Coalition vélo de Montréal, le Conseil régional de l’environnement de Montréal, Copenhagenize Design Co., Piétons Québec et Vélo Fantôme Montréal s’associent dans le cadre de Park(ing) Day pour redessiner l’intersection Saint-Urbain/Beaubien.

(English translation will be forthcoming.)

La configuration actuelle de l’intersection se caractérise par des déficiences fonctionnelles qui créent des conflits d’usages permanents entre cyclistes, piétons et véhicules automobiles.

Plan de l'intersection actuelle par Michael Seth Wexler, Copenhagenize Design Co.
Plan de l’intersection actuelle par Michael Seth Wexler, Copenhagenize Design Co.

Les principales déficiences de l’intersection sont les suivantes :

  1. l’absence de traverses sécuritaires à l’angle de Saint-Urbain et Beaubien (un passage piéton existe quelques dizaines de mètres plus à l’ouest, mais n’est que très peu emprunté, car il se situe vis-à-vis un cul-de-sac et se bute sur un édifice à bureaux);
  2. l’axe de sortie de la piste cyclable fait face à deux voies de circulation automobile, se trouve légèrement en retrait par rapport au trottoir ce qui nuit à la visibilité des cyclistes qui doivent s’engager sur la chaussée avant d’être bien visibles et est enclavé entre deux voies d’accès à des stationnements privés, dont celui très fréquenté du Home Dépôt;
  3. la chaussée est occupée par une voie de stationnement du côté nord réduisant la visibilité des piétons et des cyclistes qui s’engagent dans la traversée nord-sud depuis Saint-Urbain
  4. les flux de circulation automobile dans l’entrée de stationnement du Home Dépôt, qui est à la fois une voie de service pour les camions de livraison (souvent des semi-remorques) et un accès pour les clients, ne sont régulés par aucune signalisation particulière, alors qu’il existe une entrée de stationnement située un peu plus à l’ouest dans l’axe de la rue Esplanade qui est dotée d’un feu de circulation.

Un aménagement à corriger

L’aménagement déficient de cette intersection achalandée, située dans un secteur présentant une forte densité de déplacements actifs et de circulation automobile de transit, incluant de nombreux véhicules lourds qui effectuent des livraisons locales dans les divers commerces et industries du quartier, doit être revu et corrigé. D’autant plus qu’avec le désenclavement du secteur vers l’ouest, via l’axe central du nouveau campus de l’Université de Montréal, et avec la densification en cour des pôles d’emplois aux abords du site futur du parc des Gorilles, le volume et les flux de circulation, notamment de circulation piétonne, seront appelés à augmenter considérablement dans les années à venir.

Dans le double objectif de sensibiliser le public à l’importance de protéger les usagers vulnérables par des aménagements limitant les conflits d’usage sur la chaussée et réduisant les risques de collisions et d’obtenir des engagements politiques à l’échelle locale et municipale en faveur d’une reconfiguration de l’intersection mettant la sécurité et la convivialité du transport actif dans le secteur avant la fluidité automobile, nous avons choisi d’occuper symboliquement cet espace dans le cadre du PARK(ing) Day en le redessinant.

C'est l'artiste Roadsworth qui a conçu l'oeuvre qui représente la nécessité d'aménager des infrastructures sécuritaires pour les cyclistes et les piétons. (photo : Simon Van Vliet(
C’est l’artiste Roadsworth qui a conçu l’oeuvre qui représente la nécessité d’aménager des infrastructures sécuritaires pour les cyclistes et les piétons. (photo : Simon Van Vliet(

Derrière son caractère ludique, notre intervention artistique s’inscrit dans une démarche de «placemaking» (ou de «fabrique d’espaces») et d’urbanisme tactique et traduit une volonté de reprendre possession des espaces collectifs que sont nos rues et de réinventer collectivement nos rues pour en faire des lieux conviviaux et sécuritaires.

Du temporaire au permanent

Loin de se satisfaire d’une action éphémère, nous avons élaboré une proposition concrète de reconfiguration géométrique de la rue qui permettrait de réduire les conflits d’usage sur la chaussée et de protéger les usagers les plus vulnérables.

Proposition de reconfiguration de l'intersection par Michael Seth Wexler, Copenhagenize Design Co.
Proposition de reconfiguration de l’intersection par Michael Seth Wexler, Copenhagenize Design Co.

Notre proposition de réaménagement de la rue Beaubien Ouest prévoit :

  1. Une sortie de la piste cyclable sécurisée par des aménagements physiques et prévoyant du marquage au sol offrant des options d’itinéraires fonctionnels pour les cyclistes selon leurs trajectoires ;
  2. Du marquage au sol avec de la peinture verte aux endroits où les principaux conflits d’usage vélos-véhicules surviennent quotidiennement;
  3. Deux saillies de trottoir conçues pour forcer les véhicules à ralentir, pour améliorer la visibilité et la sécurité des piétons lors de la traversée nord-sud ou est-ouest et pour sécuriser les points de conflit entre cyclistes et automobilistes.
  4. le retrait d’une demi-douzaine de places de stationnement du côté nord et le retranchement une voie de circulation sur quelques mètres

Un tel réaménagement de l’intersection ne serait pas sans impacts plus large. Il faudrait notamment inclure un lien cyclable sur Beaubien O. (à connecter avec un axe nord-sud à créer, étant donné que la trame des rues au nord de Saint-Zotique ne permet pas de maintenir un lien dans l’axe actuel de la piste). Par ailleurs, étant donné la nature hors-norme de la trame des rues dans le secteur, il faut penser cette intersection non pas en fonction des normes rigides d’ingénierie civile, mais bien en fonction des usages souhaités et des comportements attendus. Des interventions sur le domaine privé devraient également être envisagées, notamment l’interdiction de circulation automobile dans l’accès Est du stationnement du Home Dépôt excepté pour des livraisons locales, ce qui permettrait de diminuer les conflits d’usages entre automobiles et cyclistes à cet endroit et, éventuellement, d’aménager un accès piéton qui manque actuellement au Home Dépôt.

Victoire pour les gorilles! / Gorillas win!

Au terme de près de quatre ans de mobilisation pour le rétablissement du caractère naturel et sauvage d’une ancienne friche ferroviaire située à l’entrée du secteur Marconi-Alexandra (alias Mile-Ex), les AmiEs du parc des Gorilles obtiennent enfin gain de cause.

*English below.

Il aura fallu attendre jusqu’à moins de 100 jours de l’expiration de la réserve foncière protégeant le terrain avant que la Ville de Montréal n’enclenche le processus qui mènera à l’acquisition du terrain par expropriation.

« Pour une fois, le développement urbain place les besoins et les aspirations de la communauté qui habite un quartier avant les intérêts des promoteurs immobiliers et des spéculateurs fonciers qui y investissent », se réjouit Simon Van Vliet, résident du secteur et cofondateur des AmiEs du parc des Gorilles.

Le terrain de l’ancienne emprise ferroviaire, dont le potentiel de développement en parc linéaire avait été ciblé par la Ville de Montréal dès 1991, a été cédé par le Canadien Pacifique à un promoteur immobilier, Développement Olymbec Inc., et ce, malgré le fait que la Ville de Montréal avait déjà manifesté son intention de s’en porter acquéreur. Le nouveau propriétaire a procédé, en mai 2013, à l’abattage sans permis de dizaines d’arbres matures sur le terrain, court-circuitant ainsi un processus de consultation et de planification mené par la Ville de Montréal qui faisait de la création d’un parc à cet endroit l’une des principales interventions structurantes dans le secteur.

La mobilisation qui s’en est suivi a permis d’obtenir l’imposition, en mai 2013, d’une réserve foncière par l’arrondissement et l’engagement formel de la part de la Ville de Montréal, en 2014, d’acquérir le terrain et de transférer à l’arrondissement les montants nécessaires à l’aménagement d’un parc en cogestion avec le comité des AmiEs du parc des Gorilles. Après bientôt quatre ans d’organisation communautaire et de pression politique, la Ville s’apprête enfin à donner suite à sa promesse.

« Voilà très, très longtemps que je rêve de ce jour et je suis impatiante de voir la première plantation dans le Parc des Gorilles, le site du patrimoine vert de Marconi-Alexandra, » indique Frances Foster, résidente de longue date et cofondatrice des AmiEs du Parc des Gorilles.

La restauration et la préservation du patrimoine naturel est au coeur de la vision d’aménagement élaborée en 2015 par les AmiEs du parc des Gorilles qui propose également de mettre en valeur le patrimoine ferroviaire et industriel du secteur Marconi-Alexandra. Les travaux du comité ont été soutenus par la SODER qui est représentée au conseil d’administration des AmiEs du parc des Gorilles par son directeur adjoint, Mikaël St-Pierre.

*After almost four years of battling to re-establish the natural and wild character of an old railway line property, located at the entrance to the district of Marconi-Alexandra, (alias Mile-Ex), The community group Friends of Gorilla Park can finally claim an important victory!

With less than 100 days remaining on the land reserve, which prevented any possible development by the owner, the City of Montreal will proceed to acquiring the contested property through legal expropriation.

« For once, city urban development has favoured the needs and aspirations of the resident community over the vested interests of property developers and real estate speculators » rejoiced Simon Van Vliet, local resident and co founder of  Friends of Gorilla Park.

The old CP railway line property was identified by the city of Montreal back in 1991 as having the potential to become an important linear park for the area. Instead, it was discreetly sold by the Canadian Pacific Co. to a real-estate promoter, Olymbec Developers Inc despite the fact that the city of Montreal had expressed to CP its intention to acquire the property. In May 2013 the new owner, Olymbec, proceeded to bulldoze the land, to destroy without the necessary permit over a dozen mature trees and to create a parking lot, short-circuiting a process of public consultation and planning launched by the City for the creation of an urgently needed green space in this rapidly developing area.

The immediate community outrage and citizen led mobilization which followed the destruction of this green-space led to the implementation in May 2013 of a land reserve by the local borough. In May 2014 a formal commitment by the City of Montreal was made to acquire the land and transfer it to the borough with the necessary funding to co-manage a park with the committee for The Friends of Gorilla Park. After almost four years of strategic organizing and applying political pressure by the community behind this project the City has finally lived up to its promise.

« I’ve been dreaming of this day for a long, long time and can’t wait for the first plantation at Parc des Gorilles, Marconi-Alexandra’s green heritage site, » says long time resident and cofounder of the Friends of Gorilla Park, Frances Foster.

The restoration and preservation of a natural heritage site, recognizing the importance of the railway as a historical reference to the industrial character of Marconi-Alexandra. forms part of the vision for the creation and management of this land, as outlined in a document in 2015 by The Friends of Gorilla Park. The work of the committee has been supported by SODER, Rosemont – La Petite-Patrie‘s Eco-Quartier, which is represented on the board of directors of the Friends of Gorilla Park by its assistant director Mikaël St-Pierre.

Information :  Mikael St-Pierre, urbaniste | directeur-adjoint, Écoquartier Rosemont – La Petite-Patrie, 514-727-6775 poste 901.